Le comparateur assurances décès et conventions obsèques, pour trouver la meilleure assurance, au meilleur prix

Quels sont les rites d’inhumation en Chine?

Ils sont variés et se posent un autre point de vue que le nôtre, en Europe : les coutumes en Chine varient selon les 22 provinces qui la composent.

De plus, les us et coutumes des rites d’obsèques prennent leur origine dans diverses philosophies et religions orientales et chinoises : Bouddhisme, Confucianisme, culte des ancêtres, Taoïsme, (9 millions de disciples) sans compter l’influence du parti et de la vision idéologique communiste propre à cet immense pays.

Avant l’avènement de Mao les enterrements étaient de mise. Celui les fit remplacer par la crémation et ce afin de conserver les terres pour la culture et préserver le bois à d’autres fins.

Ces coutumes sont encore d’usages dans la plupart du territoire et surtout dans les grandes villes.

Quelles sont les marques à la suite d’un décès ?

Quels sont les préparatifs accomplis lors d’un décès

Un décès donne lieu à divers préparatifs qui font partie des coutumes.

Par exemple, très souvent même si ce n’est pas systématique, les familles accrochent, pour prévenir de la perte de la personne, une lanterne, généralement blanche, à la porte d’entrée de la maison ;

En effet pour les chinois les lanternes servent à transmettre des informations sur les grands évènements de la vie.

De mêmes des banderoles rouges, seront parfois accrochées sur les murs des maisons avoisinantes afin de protéger les habitants de la mort et des esprits qui viendraient s’y introduire.

Les fleurs et couronnes qui viennent orner l’habitation de la famille du défunt sont en papier.

Une fanfare traverse le village ou le quartier en jouant avec des cymbales et retournent à la maison du mort pour accompagner les membres au funérarium.

Le corps est préparé par l’entreprise funéraire.

Le mort est pleuré ostensiblement avant et après les funérailles. C’est une façon de l’honorer même si parfois la tristesse n’est que simulée.

S’agissant de la crémation, pour accompagner le défunt dans son voyage dans l’au-delà, certaines de ses possessions, objets, souvenirs qui le représentent, seront brulées en même temps que les couronnes de fleurs en papier, également de faux billets et de faux lingots d’or, le tout dans un cercle à même le sol.  Symbolique ces objets l’accompagneront et lui donneront de quoi lui permettre de « vivre » dans le monde de l’au-delà qu’il va intégrer. Car il y a une vie après la mort selon les croyances chinoises.

Les temps ayant changés, les cérémonies sont moins compliquées, et sont, comme en France, marquées par des repas qui réunissent la famille et les proches.

Comme indiqué plus haut les crémations ont remplacé les mises sous terre.

A noter que la fête des morts se fête le 4 avril, occasion pour honorer les morts car la mémoire des défunt est sacrée pour les chinois.

Le bouddhisme, partagé majoritairement en Chine (80% à 90 y compris le Tibet) est le mahayana, est la religion qui accompagne le plus souvent les inhumations ou crémations : les familles font appel à des moines pour les prières aux morts.